vendredi 28 janvier 2011

Du Mourillon au bois de Courbebaisse


Sous un ciel quelque peu voilé, nous démarrons de bon pied le sentier des douaniers à partir de l'école de voile du Mourillon. La mer est un peu agitée pour ne pas se mouiller il nous faut jongler avec les petites vagues qui viennent lécher le sentier bétonné. Des travaux de renforcement de la falaise sont en cours, tant bien que mal nous franchissons les obstacles. Le cap Brun nous accueille, l'anse Méjean se présente, les vagues rasent nos pieds, un voilier couché sur le flanc montre que la mer peut être méchante des fois. Non nous n'irons pas à l'anse Magaud, nous continuons pas la route pour gagner le Pin de Galle avec un détours par le Crossmed (centre de secours de la marine). Du Pin de Galles direction le bois de Courbebaisse, un coin charmant en cours de travaux . Nous décidons de faire demi tour pour déjeuner au petit port du Pin de Galles au lieu de descendre vers la plage des Bonnettes. Des goélands pas farouches s'invitent à notre repas,ils n'apprécient pas la salade,sont pas végétariens ces bêtes là!
Allez on lève l'ancre, nous empruntons un chemin goudronné pour regagner la route d'en haut. La verdure se plait dans ce petit coin bien abrité, de belles touffes de dimorphotécas tracent notre route. Le retour s'effectue plus vite que prévu, satisfaits de cette balade nous regagnons chacun nos pénates.
Plantes du jardin d'acclimatation du Mourillon:
Palmiers:Phœnix des Canaries, palmier des Indes, Butia ou cocotier du Chili, Washingtonia, palmier à Chanvre et palmier nain.
Arbres à feuilles persistantes : Caroubiers, Camphriers, Filaires en arbre, Cocculus laurifolius, Photinia serrulata, arbousier, mimosa à bois noir, Cassié, Brachychiton à feuilles de peuplier, Pin de Norfolk,Pin d'Alep, Lagunaria patersonii et Grevillea.
Arbres à feuilles caduques : Catalpa, oranger des Osages (Maclura pomifera), peuplier blanc, savonnier (Koelreuteria paniculata).
Liliacées réparties dans le jardin : Yucca, Dracæna, Nolila, Dasylirion, Cordyline et Agave.Cactées / Cycadacées : Cycas, Dioon, Encephalartos.
Autres: Bignone, Fustet, Callistemon, cognassier du Japon, coronille

mercredi 26 janvier 2011

Faron



Lien pour photos de la randonnée:
Date:Mercredi 26 janvier 2011

http://picasaweb.google.com/117493535534037525396/20110126RandonneeAuMontFaronAToulon?authkey=Gv1sRgCJvewObo-ZWYSA#

Lien pour photos de la randonnée
Date:Mercredi 1 mai 2011

https://picasaweb.google.com/jeanpierre020/RandoMontFaron4Mai2011?authkey=Gv1sRgCPvhtt_Ry-jLXA&feat=directlink

Par un mercredi sous le soleil, une balade au Faron était la bienvenue. Parmi filaire, nerprun alaterne, chèvrefeuille et rue nous cheminons tranquillement sur le sentier des bagnards. A mi-pente l'arbre étalon du carat, le caroubier garde ses feuilles même l'hiver, ses gousses comestibles sont tombées depuis longtemps, un substitut du chocolat parait-il. Après une heure de marche le mémorial du Faron est en vue, nous admirons le panorama donnant sur la vallée de Dardenne , le barrage du Revest-des-eaux est bien plein. Nous longeons les remparts qui ont servi pour la défense de Toulon. Au sommet du Faron baigné de soleil nous nous posons pour déjeuner dans une ambiance conviviale. Le plus dur est fait, l'après-midi s'effectue en douceur. Le fort de la Croix Faron marque notre descente vers un autre fort celui de fort Faron situé en contre-bas. La vue est belle mais il faut partir pour respecter les horaires. Nous dévalons la pente pierreuse gaiement, contournons le fort Faron par le chemin de garde. Le sentier Emile Vincent, inspecteur des eaux et forêt et artisan du reboisement du Faron au siècle passé, se présente comme une balade dominicale. Arrivée à la route du Faron nous plongeons pour une dernière descente, une carrière est traversée , notre retour au point de départ se fait dans les temps. Une journée bien remplie se termine avec des randonneurs radieux.

dimanche 23 janvier 2011

Du port du Niel au cap de l'Estérel




Photos du 02 juin 2011 :


Par une belle journée ensoleillée, le petit port du Niel de Giens nous accueille pour le départ de la balade. Direction vers le soleil levant, nous logeons le bord de mer avec des passages bétonnés, quelques marches d'escalier, une piscine d'eau de mer pour arriver vers un chemin goudronné. A travers ciste de Monpellier, ciste à feuilles de sauge, lentisques et filaires la progression s'effectue tranquillement. Une pause déjeuner sur un banc fâce à la mer avec comme compagnie des gabians voraces nous redonne de l'énergie. Le cap de l'Estérel n'est plus très loin, nous croisons des randonneurs du dimanche qui semblent apprécier cette douceur quasiment printannière. Passés le cap nous longeons la plage et regagnons le port du Niel par l'avenue des Arbanais (nom des habitants de cette presqu'ile). Un retour sur une partie du sentier du matin avec un passage devant l'hôpital de Renée Sabran nous ramène au parking en bord de mer du coquet petit port, une balade de 12 km environ à conseiller malgré quelques passages vertigineux.

vendredi 21 janvier 2011

Mazaugues: le Mourié d'Agnis






Liens pour photos:










Par un soleil rayonnant d'hiver nous gravissons la grande montée nous conduisant vers le plateau du Mourié d'Agnis (museau d'agneau), un parcours quelque peu sportif de 350 m de dénivelé. Le terrain s'assouplit à l'approche du plateau, une boisson chaude est vite avalée, pas de vent, la température et idéale. Nous longeons la crête avec de belles vues sur le village de Mazaugues, la sainte-Victoire se dresse fièrement au nord, la sainte-Baume est à notre portée à l'ouest , le blanc manteau des Alpes se dessine à l'est, un vrai ravissement pour les yeux. Le fond du cirque se dessine en arc de cercle, appelé "le luminaire".
Un déjeuner sur l'herbe nous redonne un coup de fouet, la descente est assez rapide. L'après-midi est tranquille, nous cheminons en sous-bois, puis traversons des prairies où s'élèvent de grands chênes centenaires. La fin du parcours s'effectue au doux bruit d'un cours d'eau,c'est humide par ici!
Une journée agréable avec de beaux paysages!

dimanche 16 janvier 2011

De la Madrague au port du Niel






Le départ sous un soleil quelque peu voilé est donné au parking du port de la Madrague. Un peu de goudron puis nous cheminons sur le sentier du littoral. Des courtes montées assez rudes, les mollets sont mis à l'épreuve. Nous croisons des coureurs et quelques randonneurs malgré un temps maussade. Le déjeuner se déguste sur une butte devant un superbe panorama. Le port de Niel n'est pas loin encore quelques petits dénivelés ,passage dans des sous-bois et descente par la route vers le port où nous avalons un thé chaud. Le retour aux voitures se fait par la route, le panneau de la Madrage est là, nous sommes arrivés, une belle journée malgré tout.

dimanche 9 janvier 2011

Circuit du fainéant -La Cadière d'Azur




Lien pour photos de la randonnée:

En ce dimanche voilé le parcours du fainéant est au programme, une balade de 12 km assez aisée à travers pinèdes , chênes kermès, chênes verts, bruyères et arbousiers. Un temps doux malgré la grisaille nous a motivé pour cheminer à travers une belle piste légèrement montante, un circuit facile d'accès pour randonneurs moyens et vététistes en tout genre. Une visite d'un four à cade, avec explication à l'appui, nous aide à mieux comprendre la distillation du bois de cade et des vertus de cette huile (traitement des maladies de peau). La pause déjeuner avec vue sur une nature généreuse nous redonne des forces pour repartir de bon pied. De gros nuages noirs à l'est donc signe de pluie nous fait hâter le pas. Fausse alerte ,pas une goutte de pluie est venue perturbée cette journée d'oxygénation. La boucle est faite en moins de 5 heures, encore une de faite sur la trentaine qui nous attend.
Plantes: Cade,bruyère,argelas,chêne vert,chêne kermes, ciste,lentisque,olivier,pin d'alep,chêvrefeuille


Ethymologie -Cadière : Cité vers 993 : "Cathedra", "Catedra", et en 1047 "Cadera" ; "Cathedra" signifie siège, lieu de repos ; en provençal "cadiero" signifie chaise

dimanche 2 janvier 2011

Circuit de la grande tête-la Ciotat





lien pour photos randonnées

Date : samedi 05 février 2011


https://picasaweb.google.com/110505277608139585978/LaCiotatSamedi05022011?authkey=Gv1sRgCMO3wNOhoNj-lAE#

Par un dimanche nuageux,nous nous garons au parking en bord de mer près de l'office de tourisme de la Ciotat. Une balade de 7 km dans la garrigue provençale est programmée,nous traversons le marché,j'achète quatre bâtons de réglisse.Nous cheminons sur le boulevard Michelet,passons le parking de la pétanque et le cimetière.Des panneaux d'orientation indiquent le tracé jaune,nous prenons la direction de Notre-Dame de la Garde. Une halte à la chapelle, une gorgée de boisson chaude et nous repartons en direction du sémaphore du Bec de l'Aigle s'élevant devant nous à une heure de route environ. Pas un bruit dans ce paysage de garrigue, la vue s'attarde sur les restanques et les murs en pierres sèches qui semblent être la spécialité du coin. Arrivés au plateau nous contournons le sémaphore par la droite et nous nous dirigeons vers une pinède où nous décidons de faire la pause déjeuner sous un tiède rayon de soleil. La Ciotat n'est plus très loin, la descente fut rapide,la piste est agréable, un chocolat est avalé dans un bar de la ville et là début d'angoisse pour retrouver le grand parking. Une mauvaise direction prise est nous voilà dans de beaux draps, nous tournons en rond, nous demandons notre chemin à une dame qui par magie nous conduit directement à la voiture, effectivement nous étions à l'opposé.
Une très belle journée malgré tout.


Du point de vue minéral on trouve un amalgame naturel de cailloux réunis par un ciment pierreux et formant une sorte de roche appelée Poudingue.C'est une roche de type sédimentaire.


La balade peut être prolongé vers l'ouest jusqu'à la grotte des émigrés et au retour à la Ciotat par la visite des deux calanques :calanques de Figuerolles et du Mugel puis une visite du parc botanique du Mugel c'est ce que nous avons accompli lors de la balade du 5 février 2011 sous un beau soleil hivernal.

samedi 1 janvier 2011

Mot nouveau

SIBYLLIN: énigmatique,obscur,mystérieux AJASSE: ajasse (ou la jasse) est le nom qu'on donne à la pie en Limagne et en Poitou. APORIE, nom féminin: contradiction irréductible, insoluble (Philosophie), difficulté, impasse EMPATHIE: bienveillance, compassion, sollicitude ACEDIE: Dégoût des choses spirituelles. Chez les moines, l'acédie constitue une atteinte à la ferveur de la prière, un relâchement de l'ascèse, un renoncement à la vocation. Il peut s'agir d'une simple défaillance ou, à un degré de plus, de la forme monastique d'une dépression nerveuse avec tristesse, ennui et désir de fuir la clôture. Elle était autrefois considérée comme une épreuve concernant la foi [Saint Augustin] ou un péché. Du grec akèdia, négligence, indifférence, découragement. De nos jours on peut considérer l'acédie comme la pathologie du renoncement à la contrainte, le deuil de l'engagement professionnel, le désinvestissement, le mal de ceux qui perdent foi dans le travail. HEDONISTE: jouisseur INDICIBLE: qu'on ne peut exprimer, incommunicable INANITE: caractère de ce qui est inutile ,inutilité SALMIGONDIS: assemblage disparate, mélange confus de choses ou de personnes- Ramassis d'idées, de paraoles ou d'écrits formant un tout disparate et incohérent.